La fédération DLR des matériels de construction et de manutention lance des actions de promotion des métiers et des formations (BTP)

En France, 1 500 à 3 000 postes de techniciens de maintenance des matériels de construction et de manutention sont à pourvoir tous les ans, dont 550 en Auvergne Rhône-Alpes. 60 emplois sont à pourvoir en Auvergne. Les distributeurs, loueurs et réparateurs de matériels de BTP et de manutention se trouvent actuellement exposés à un sérieux problème de recrutement. Pour résoudre un tel souci, la fédération DLR des matériels de construction et de manutention lance des actions de promotion des métiers et des formations (BTP).

Pourquoi la fédération DLR des matériels de construction et de manutention a-t-elle décidé de lancer des actions de promotion des métiers et des formations (BTP) ?

Le problème de recrutement rencontré par les techniciens de maintenance des matériels de BTP et manutention peut ralentir la croissance économique des entreprises de ce secteur. Il aura également un impact négatif plus important sur le développement du secteur BTP et l’avancement des chantiers. C’est pourquoi la fédération DLR des matériels de construction et de manutention a décidé de lancer des actions de promotion des métiers et des formations concernés par ce souci.

La fédération DLR est convaincue que l’orientation vers la voie professionnelle ne doit pas être liée à l’échec scolaire. Il est préférable qu’elle soit choisie par des jeunes passionnés et déterminés à concrétiser leurs rêves. Ils pourront ainsi acquérir des connaissances, compétences, savoir-faire et savoir-être qui leur permettront d’avoir un avenir professionnel brillant et prometteur. Ils devront bien entendu suivre des formations spécifiques proposées par des enseignants compétents qui connaissent toutes les caractéristiques des métiers du secteur du BTP.

Le problème c’est que les métiers (délocalisables) du BTP sont peu connus par le grand public en France. Peut-être que grâce aux actions de promotion des métiers et des formations lancées par la fédération DLR, la situation s’améliorera. Cette dernière a déjà conclu des partenariats avec de nombreuses organisations professionnelles telles que Cisma et Seimat pour atteindre ses objectifs.