Le développement des TPE-PME françaises, mis à mal par la complexité des démarches juridiques et administratives

Selon une étude de Captain Contrat, une plateforme spécialisée dans l’automatisation des tâches juridiques par le biais des services proposés par des avocats experts, le développement de pas moins de 1, 8 million de TPE-PME françaises est perturbé par les procédures juridiques et administratives qui s’avèrent être trop complexes et coûteuses. Les détails.

Les problèmes vécus par les dirigeants de TPE-PME en France

Les résultats de l’enquête réalisée par Captain Contrat révèlent que le manque de fluidité des démarches juridiques et administratives est vécu par 71 % des enquêtés comme un obstacle à la création et au développement des entreprises de petite taille en France. Environ 69 % des interrogés disent avoir passé plus de 2 jours à résoudre des problèmes liés à cette tâche (57 % d’entre eux voient ces démarches comme une contrainte)
Aussi, 41 % des dirigeants de TPE-PME déplorent le manque d’informations juridiques et administratives fiables au sein du système actuel, une affirmation valable aussi bien lors de la création que lors de la cessation d’activité de l’entreprise. Par ailleurs, 62 % d’entre eux boudent l’absence d’interlocuteur capable de leur donner des renseignements adéquats.
Ce n’est pas tout, le recours aux conseils juridiques spécialisés est également jugé trop cher pour les entreprises naissantes. Du coup, certains de leur dirigeant (20 %) préfèrent se tourner vers les sources d’informations gratuitement accessibles comme Internet, d’autres (68 %) ont décidé de se renseigner auprès d’un expert-comptable qui, généralement, n’est pas habilité à réaliser une telle expertise. Or, 70 % des entrepreneurs sont convaincus qu’une bonne gestion juridique et administrative constitue un levier de développement économique et financière indispensable pour leur entreprise.

Ils aspirent à un changement

Il faut dire que l’entrée en vigueur de la loi PACTE qui est prévue d’ici quelques semaines est très attendue. En effet, cette réforme légale représente le plus grand espoir des entrepreneurs ambitieux. En fait, ils aspirent à une plus grande flexibilité des démarches juridiques et administratives, ceci afin d’éviter les attentes de nature à freiner leur activité. Ils demandent aussi à ce qu’un nouveau système soit établi pour simplifier les procédures à suivre, et cela, quel que soit la taille, le secteur d’activité ou l’adresse de l’entreprise.
Enfin, ils sollicitent l’appui de l’État afin de pouvoir accéder aisément aux services d’un avocat spécialisé à un tarif raisonnable, sans oublier l’enrichissement des services proposés par les «LegalTech*».

*Le terme désigne les technologies qui permettent l’automatisation d’un service juridique, que ce soit au niveau du support (le document), du processus (la procédure) ou de la relation avec les professionnels du droit. (source Wikipédia)