Thiers : l’endroit idéal pour “Penser un monde autrement” dans le cadre de la Nuit des Idées

Thiers accueille La Nuit des idées à l’usine du May ce 31 janvier 2019 de 18h à minuit. Vincent PetitJean est un membre actif du Kiosque, l’Université Populaire de Thiers où auront lieu les échanges. Vincent Petit Jean s’est plus particulièrement investi dans l’organisation de la manifestation de cette Nuit et est fier d’annoncer qu’il s’agit d’une première pour le Kiosque. Ce sont, d’ailleurs, les seuls en Auvergne à participer à cet événement. Cette manifestation n’est pas très ancienne, la dernière nuit datait de 2016 : pour la quatrième année consécutive, le Monde se met à la même heure pour débattre sur un thème commun : “Face au présent”.

Pressnut News : Pourriez-vous parler de l’usine du May, de son histoire brièvement ?

Vincent PetitJean : Ce lieu est un petit peu particulier mais aussi emblématique de la ville de Thiers puisque c’est une ville industrielle encore fortement marquée par l’industrie coutelière et l’usine du May se trouve dans la « Vallée des Usines » où il y avait plusieurs fabriques, l’usine du May a été l’une d’elle et puis rachetée et rénovée, il y a quelques années, par la Municipalité qui a souhaité au départ en faire un musée de l’aventure industrielle pour la ville. Finalement ce lieu est devenu un lieu polyvalent qui permet d’accueillir des manifestations telles que la nôtre, des conférences, des séminaires, des expositions…

Pouvez-nous nous parler de cet événement ?

Le thème général pour cette année est « Face au présent » décidé par l’Institut Français qui organise cette manifestation. Libre à chacun, au niveau local, de décliner ensuite ce thème de la façon dont il le souhaite. Lorsque nous avons réfléchi à ce thème « Face au présent », et aux enjeux qui sont les nôtres aujourd’hui, trois sous-thèmes : “migration”, “écologie” et “enjeux numériques”, nous sont apparus comme étant les plus forts pour penser le monde aujourd’hui. Localement, mais pas seulement, puisque c’est aussi une manifestation nationale. Ce qui nous intéresse c’est bien sûr de faire partie de ce monde-là et il y a le souci de réfléchir à la portée des alternatives ou des solutions locales. Prenons l’exemple du numérique : pour sortir du règne des fameux GAFAM, nous allons réunir des militants du logiciel libre, d’un internet libre et qui soit un bien commun. Nous les ferons dialoguer avec Samuel Chenal, un Suisse en poste à Genève et fervent défenseur des alternatives aux GAFAM. Tous ces militants proposent des solutions techniques pour ne pas forcément utiliser Facebook, ne pas utiliser forcément Google comme moteur de recherche. Ils proposent d’utiliser d’autres outils numériques parce que le numérique est là mais il y a certainement d’autres façons de s’en servir que de passer par les réseaux tentaculaires que sont les GAFAM.

Pouvez-vous parler des intervenants ? (militant altermondialiste, plasticiens…)

Jacky Chabrol intervient plus sur les questions environnementales et écologiques. Dans l’idée que ce ne soient pas des sachants qui parleraient à des simples curieux, les gens qui viennent sont vraiment acteurs. Il y aura effectivement un moment d’exposé et ensuite des moments d’échanges auront lieu avec le public. Les gens ne sont pas seulement consommateurs d’idées. Ils viendront débattre, partager et échanger. Nous espérons le public le plus varié possible : nous espérons des gens qui viennent du milieu associatif ou qui travaillent dans le domaine social, éducatif et environnemental, des citoyens qui sont curieux du monde dans lequel ils vivent, qui se posent aussi des questions et qui veulent aussi échanger. L’entrée est libre donc vient qui veut.

Enfin, est-ce que ces échanges aboutiront à des projets concrets à Thiers et plus largement en Auvergne ?

Au niveau local, il y a une certaine sensibilité écologique nous sommes dans le Parc Naturel du Livradois-Forez, il y a des initiatives locales écologiques comme l’AMAP à Thiers, le Potager de la Durolle qui s’investit sur des questions environnementales : comment peut-on mettre à profit la nature mais de manière raisonnée et en permettant aux paysans de vivre dignement de leur travail?

Sur la question des migrants, on donne la parole aux artistes plasticiens qui connaissent très bien cette question dont une artiste-peintre qui travaille dans des centres de transit. C’est une question qui intéresse Thiers mais qui concerne tout le reste du territoire. A Thiers, il y a des réseaux d’accueil : des jeunes gens sont accueillis à Thiers dans des conditions incertaines, il y a un intérêt local pour ces questions-là, il y a un réseau associatif qui s’intéresse à ces questions et qui essaye de sensibiliser le grand public, il y a un groupe AMNESTY qui est très actif, qui sera d’ailleurs là pour échanger avec les gens sur cette question.

Et le dernier aspect numérique : avec ces militants stéphanois des alternatives vont être proposées à des particuliers, peut-être à des entreprises aussi. Ces stéphanois font partis d’un réseau disséminé un peu partout en France qui fait partie de Framasoft, une coopérative lyonnaise experte des questions du numérique et du logiciel libre ; l’idée étant qu’il y ait des correspondants locaux qui puissent proposer des solutions à des associations et à des entreprises pour contourner ces GAFAM.

Cette Nuit des Idées se tient dans ce lieu : Thiers. Un lieu où le cadre naturel est privilégié, où l’histoire est présente. Thiers étant une ville très populaire qui s’est construite avec différentes migrations, avec tous ces travailleurs qui sont venus au fur et à mesure des générations travailler, s’installer et vivre ici… Thiers est un lieu emblématique pour cette première Nuit des idées. Les questions numériques vont permettre d’échanger dans ce lieu symbolique qui est l’Usine du May. C’est une soirée qui fait vraiment sens à Thiers où les gens sont très attachés à leur ville et sont aussi ouverts sur le monde. En ce sens c’est exactement la perspective de la Nuit des Idées : un lieu d’échange, de réflexion mais sans oublier d’avoir une ouverture sur le monde qui nous entoure.

Pour connaître le programme, veuillez cliquer ici.