Les plus remarquables œuvres de Boualem Sansal disponibles à la SCOP Librairie Les Volcans

Depuis quelques années, les œuvres du romancier et essayiste algérien Boualem Sansal ont raflé de nombreux prix littéraires qui sont considérés comme les plus prestigieux sur le territoire français. Ses écrits les plus reconnus sont disponibles à la SCOP Librairie Les Volcans en Clermont-Ferrand.

Qui est cet écrivain à succès ?

Boualem Sansal est né dans un petit village des monts de l’Ouarsenis le 15 octobre 1949. À cause de sa vision très critique vis-à-vis du régime algérien en place, il fait partie des ces écrivains rebelles victimes des grandes censures de publication en pleine terre natale. En revanche, ses œuvres ont reçu des échos plus que favorables auprès des lecteurs français et allemands avides de réflexions «interdites» sur le monde contemporain.
Bien que la guerre civile ait été virulente en Algérie vers les années 90, il commença à écrire certains de ses œuvres les plus nationalistes en cherchant à entrer dans la peau de compatriotes rebelles. Cet événement lui a permis de comprendre les causes réelles de l’impasse économique, sociale et surtout politique dans laquelle l’Algérie s’est plongée à cette époque.
Sa dernière prise de position sur la réalité des crises migratoires et l’actuelle ascension fulgurante de l’islamisme a quelque peu glacé le sang de certains observateurs. Mais comme il le disait si bien souvent, il fait de la littérature mais pas la guerre. Son œuvre est plutôt destinée à ceux qui veulent entendre ce cri mystérieux enfoui dans les pensées les moins médiatisées.

Zoom sur «2084 : la fin du monde» et «Le Train d’Erlingen», deux des œuvres les plus retentissants de Boualem Sansal

«2084 : la fin du monde» est un roman pessimiste paru le 20 août 2015 aux éditions Gallimard et qui a reçu le Grand prix du roman de l’Académie française ainsi que le prix du meilleur livre de l’année 2015 décerné par une revue mensuelle française. Il raconte l’histoire d’un immense empire (L’Abistan) qui est fondé sur l’autocratie d’un dieu unique où toute réflexion personnelle est interdite. Cet univers, qui a pris naissance en année 2084, sera bouleversé par une découverte assez mystérieuse réalisée par deux personnages appelés Ati et Nas.

Le roman «Le train d’Erlingen ou La métamorphose de Dieu», quant à lui, est un livre assez sarcastique, mais très riche en passages pertinents. Il explique avec pragmatisme l’«apparente» incapacité des pouvoirs politiques actuels à gérer l’islamisme.