22ème numéro de « L’écho des tourbières » : déjà disponible en ligne

L’écho des tourbières en est déjà à sa 22ème édition ! Cette fois-ci, le magazine fait le point sur les actions menées pour la préservation des tourbes du Massif central. Les détails.

Magazine « L’écho des tourbières » : en avant pour de nouvelles missions de conscientisation environnementale

Ce nouveau numéro de 40 pages effectue une analyse plus approfondie des initiatives entreprises depuis des années par tous les acteurs concernés par la sauvegarde des tourbières du Massif. Les méthodes de protection des zones menacées ont évolué. Mais actuellement, elles combinent plutôt les anciennes et les nouvelles pratiques.

L’écho des tourbières considère le Massif central comme un patrimoine écologique d’intérêt national, voire mondial. C’est d’ailleurs pour cette raison que cette aire doit bénéficier de plus d’appuis techniques et financiers pour prévenir les activités humaines destructrices telles que les extractions clandestines ou les travaux d’urbanisme et de drainage de nature à dégrader tout l’écosystème. Force est de reconnaître que les menaces pèsent surtout sur les tourbières de petite taille qui sont écrasées involontairement par les agriculteurs ou d’autres groupes de personnes à la recherche de nouveaux points d’eau.

Zoom sur le projet « Tourbières du Massif central »

Ce projet a été initié par un Groupement d’intérêt public (GIP) du même nom : le Massif central. C’est un organisme qui travaille essentiellement dans 4 régions du massif et qui bénéficie d’une partie du fonds européen de développement régional (FEDER) destinée à la France. La gestion du fonds se fait collégialement, ceci afin de rendre plus efficace la politique du Massif.

Par ailleurs, les membres du projet interviennent sur les Parcs naturels régionaux ainsi que les espaces écologiquement vulnérables. Grâce au savoir-faire et aux expériences de son équipe en matière de biodiversité, les Tourbières du Massif central affiche une belle performance en termes d’amélioration et de stabilisation d’effectif. Mieux encore, leurs stratégies de sensibilisation sectorielle axées sur différents domaines comme l’agriculture, l’urbanisme, l’industrie… fonctionnent à merveille. En effet, grâce à la gestion participative, le projet est bien perçu par les habitants locaux.

L’écho des tourbières : les tourbières une chance pour leMassif Central