Ce tableau retrouvé en Auvergne qui pourrait bien être un Van Gogh !

Joseph* est retraité de l’Éducation Nationale et vit en Auvergne. Amateur d’art par tradition familiale il vit dans sa maison entouré d’une multitude d’œuvres d’art souvent remarquables comme des gravures de Rembrandt, des dessins et des esquisses de Manet ou encore des lithographies de Pablo Picasso. Parmi ses trésors, Joseph possède un tableau datant de 1883 qui pourrait bien être attribué à Van Gogh. Cependant ce tableau n’est pas encore authentifié. Nous avons rencontré le propriétaire de ce tableau afin d’en saisir un peu mieux l’origine et les caractéristiques.

Pressnut News : Joseph* pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Joseph* : Je suis retraité de l’Éducation Nationale et j’ai toujours été intéressé depuis mon enfance par les œuvres d’art, notamment grâce à mes proches car c’est chez nous une vieille tradition familiale.

Quelle formation avez-vous ?

J’ai une agrégation d’histoire.

Vous êtes donc actuellement à la retraite et vous êtes aussi collectionneur ?

Ha oui, tout à fait. Je possède des tableaux, des gravures, des sculptures…

Pouvons-nous citer certaines œuvres que vous possédez et qui présentent un intérêt certain ?

Je possède des gravures de Rembrandt, des dessins de Manet, une esquisse de Manet réalisée pour son tableau intitulé « Le torero Mort ». Je possède également une statue Rhénane datant de la fin du XVè siècle représentant Saint Sébastien, ceci parmi d’autres œuvres de ma collection. Ma collection va de Dürer à Picasso, pour résumer rapidement.

Vous possédez des œuvres de Picasso ? Des dessins ?

Non, des lithographies. Ce sont des gravures sur pierre. Le peintre dessine, le dessin est transmis sur une pierre et s’il y a différentes couleurs, on encre différemment et à chaque passage la couleur passe. Je possède toute la collection d’une série de lithographies que Picasso avait réalisées pour le livre des histoire naturelles de Buffon.

Merci pour cette présentation. Nous allons maintenant parler du tableau que vous possédez et qui pourrait être attribué à Van Gogh. Quelles sont ses caractéristiques techniques ?

C’est un tableau peint sur bois avec un cadre en bois également mais ce cadre ne présente pas un intérêt extraordinaire.

Ce cadre comprend tout de même certains éléments troublants au dos qui ouvrent des perspectives de recherche intéressantes, non ?

Oui, une inscription visiblement ancienne fait référence à la ville de Nuenen située au Pays-bas ainsi qu’une inscription : « Vincent van Gogh 1883 ».

Savons-nous qui a pu inscrire cela ?

Ha non, pas du tout.

A quelle époque pourrait correspondre ce tableau ?

C’est l’époque où Van Gogh échoue dans sa mission évangélique dans le Borinage, une région très pauvre, à la limite entre la Belgique et les Pays-bas, et il va désespérer parce que sa mission n’a pas marché et qu’il est renvoyé de son église. Il va donc se réfugier auprès de son père qui est pasteur à Nuenen, qui est la ville des Pays-bas dont l’inscription figure sur le présent tableau. Il y restera de décembre 1883 à novembre 1885 et produira un quart de son œuvre totale durant cette période. Il était désespéré et à produit des œuvres très sombres durant cette phase de sa vie. Nous sommes loin, très loin des tournesols.

Avait-il déjà commencé à peindre avant 1883 ?

Oui, nous avons déjà des paysages et puis surtout des scènes d’intérieur avec des paysans, des gens pauvres qu’il côtoyait tous les jours. Il va continuer sur cette lancée assez sinistre durant tout son séjour à Nuenen.

Pouvez-vous nous en dire plus sur l’origine de ce tableau ?

C’est assez extraordinaire d’ailleurs car je l’ai acheté à l’un des derniers élèves d’Erik Satie, Robert Caby,  qui était compositeur lui-même et comme sa musique ne le faisait pas forcement vivre et bien il était en même temps courtier en tableaux. Je le connaissais bien car je m’intéressais à Erik Satie et lorsqu’il est décédé son fils m’a dit : « Écoutes, mon père a pas mal de tableaux dont celui là qui pourrait être un Van Gogh ». Et j’ai pu l’acheter. Robert Caby a été l’un des seuls, en 1925, lorsque Erik Satie est mort, à pouvoir entrer dans sa chambre avec Darius Milhaud. Ils ont d’ailleurs récupéré pas mal de documents d’Erik Satie.

Est-ce que Robert Caby ou son fils vous ont donné plus de précisions sur ce tableau que nous avons aujourd’hui entre les mains et qui pourrait être attribué à Van gogh ?

Absolument pas. Il ne savait d’ailleurs même pas qu’il l’avait, celui-là. C’est son fils qui m’a dit qu’il s’agissait d’un Van Gogh mais il n’avait aucune certitude.

Sans vouloir être trop indiscret, vous l’avez acheté cher ?

Non pas très cher. Mais le fils de Robert Caby m’a vendu d’autres tableaux dont cette fameuse esquisse du “torero mort” de Manet qui elle est authentifié puisqu’il s’agit d’une esquisse du tableau qui est aujourd’hui au Musée d’Orsay.

Qu’est ce qui pourrait laisser penser que ce tableau pourrait être un Van Gogh, en dehors des points que nous venons d’évoquer ?

Je ne suis  pas suffisamment expert pour pouvoir certifier l’attribution de ce tableau à Van Gogh.

Alors comment se passe une authentification ?

Des experts étudient tout : aussi bien le support que le style, les pigments, etc. Ils étudient tout. Parce que le tableau n’est pas signé. La seule indication c’est ce qu’il y a au dos du cadre.

Avez-vous vu des tableaux de Van Gogh de la même époque qui pourraient rappeler celui-ci ?

Oui, certains paysages entre autres et puis comme je le disais tout à l’heure les scènes paysannes, les intérieurs de paysans pauvres.

Quelle va être la prochaine étape pour vous afin de faire la lumière sur ce tableau ?

J’ai envisagé d’aller à Amsterdam au Musée Van Gogh afin d’essayer de le faire authentifier. C’est prévu au début de l’année 2019.

Vous pensez qu’il peut encore rester quelques tableaux comme celui-ci qui pourraient être des Van Gogh et qui n’auraient pas encore été authentifiés ?

C’est très possible. On découvre des tableaux tous les jours.

Certes, mais des Van Gogh c’est plutôt rare.

Ha oui, mais à Nuenen il a peint énormément dans cette période de dépression car c’était pour lui une espèce de défoulement. Donc il est fort possible que l’on retrouve encore à l’avenir des tableaux datant de cette période de la vie de Van Gogh. Peut-être le mien en fait-il partie.

*Le propriétaire du tableau ayant souhaité conserver l’anonymat, le prénom a été changé.

pressnut_news_van_gogh
pressnut_news_van_gogh_1
pressnut_news_van_gogh_dos_1
pressnut_news_vincent_van_gogh_dos_4
pressnut_news_van_gogh_dos_2

© – Crédit Photos : PressNut News