Lyon : Marine Joatton à l’honneur du 29 novembre 2018 au 31 janvier 2019 à la Galerie Françoise Besson

La Galerie Françoise Besson, dont la discipline est l’Art plastique, vit le jour en 2005. Sise au 10, rue de Crimée, 69 001, à Lyon, elle est ouverte du mercredi au samedi de 14 h 30 à 19 h. Un rendez-vous est toutefois à prendre si la visite est prévue un autre jour. La galerie lyonnaise présentera pour le trimestre à venir une exposition à perspective historique, intitulée « La vie est un gala ». Tous les détails s’y rapportant dans ce qui suit.

Mieux connaître la galerie

L’activité de la maison-galerie tourne principalement autour de la peinture contemporaine et de ses modes d’expression. Elle cherche en effet à démocratiser l’art contemporain, et fait appel à des artistes qui « replacent la mémoire dans la construction de l’image, le rapport au vivant […], la liberté et la morale résistante et progressiste ». Les participants, eux, proviennent de tous les horizons : la photographie, le dessin, la sculpture, ou encore la peinture. Ce n’est pas tout, puisqu’elle sort, pour les 7 éditions annuelles, des cahiers de Crimée ainsi qu’une monographie d’artiste. Elle participe également à des rencontres internationales, pour ne citer qu’Art Paris, le Caroussel du Louvre, Drawing Now, Art on paper ou encore Scope Basel. Sans oublier les collaborations culturelles et pédagogiques, les résidences d’artistes et les rencontres thématiques.

Qui est Marine Joatton ?

L’artiste contemporaine est une sortante d’IEP et diplômée des Beaux-arts. Si elle a participé à des expositions collectives ces 11 dernières années, elle compte également à son actif 15 expositions personnelles. Parmi elles figurent « Je me lève avant les fleurs » (2012), « Un monde retourné » (2006) ou encore « Bêtes thaïes » (2001). Adepte de la figuration et de l’abstraction, elle réalise des dessins violents et fantasmagoriques qu’elle puise de ses songes, de ses lectures, de son vécu et des contes de son enfance. Les œuvres de Charles Perrault et des frères Grimm, par exemple, l’ont considérablement inspiré, tout comme le Grand Meaulnes, les gravures de Granville, les Disparates de Goya, sans oublier les Masques singuliers d’Ensor, les dessins et peintures de Munch ainsi que le tableau (intitulé Gilles) d’Antoine Watteau.