Le Programme « Ambition Bio 2022 » est animé par le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation Stéphane Travert, le Président de l’Agence BIO Gérard Michaut et son Directeur Florent Guhl. Le GCO rassemble environ 120 organismes incluant les représentants des ministères, des régions, des Agences de l’Eau, des établissements de recherche, des ONG et associations de consommateurs, des interprofessions et des organismes de financement. Le programme Ambition Bio 2022 détient 1,1 milliard d’euros et est structuré de 7 axes majeurs. Il existe 3 leviers permettant d’optimiser le financement.

L’accroissement de la production

En 2020, la surface agricole française doit atteindre les 15% dans le but de donner l’opportunité à la France de devenir le leader de l’agro-écologie. Les dispositifs d’aides des producteurs bio ou en conversion et de tous ceux qui veulent la transmission de leurs exploitations auront plus de visibilité et de lisibilité. De ce fait, ils pourront profiter de 200 millions d’euros de crédits État, 630 millions d’euros FEADER ainsi que d’autres financements publics. En 2020, environ 50 millions d’euros par an seront versés par la redevance pour pollutions diffuses.

Le « Fonds Avenir Bio » pour construire les filières

Avec un fonds de 8 millions d’euros d’ici 2020, la sécurisation des acteurs des filières sera privilégiée. Pour l’amélioration de la connaissance des marchés des produits bio, des marchés européens et internationaux avec les Observatoires régionaux de l’agriculture biologique (ORAB), un système d’information sera développé. La cohérence des stratégies entre filières sera prises en compte grâce aux travaux avec les interprofessionnels en se souciant du bien-être animal et la biodiversité.

Miser sur la consommation

Avec le soutien des interprofessions, l’agence Bio a installé un programme de promotion transversal pour atteindre l’objectif de 20% bio en restauration publique. Ce programme permettra de multiplier les exportations des produits biologiques quand des opportunités se présentent. À part les investissements financiers, des accompagnements des projets individuels et collectifs se tiendront grâce au grand projet du Grand Plan investissement. En effet, il se charge de la formation des acteurs pour assurer leur réussite. Des outils de support pédagogique leur permettront d’élargir leur connaissance en Bio. Les programmes de recherche devraient être développés avec les opérateurs économiques. Le 1er janvier 2011, une nouvelle règlementation accompagnera le développement du secteur. Les problématiques des territoires d’Outre-mer seront révisées grâce à un grand chantier.