CHEP, spécialiste de la location-gestion de palettes et son partenaire historique Combronde ont inauguré le 1er juin dernier un centre de tri et de réparation de palettes automatisé flambant neuf à Thiers (63). Ce 27e centre de service CHEP, qui traite 1,5 million de palettes par an, a vocation à livrer tout le territoire national et, en particulier, cinq départements de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Dans le cadre de sa démarche d’amélioration continue, CHEP et son partenaire régional Combronde ont ouvert, en mai 2017, un nouveau centre de service de palettes à Thiers, dans le Puy-de-Dôme. « Ce positionnement géographique permet de livrer nos 90 clients de la région et d’optimiser notre réseau afin de réduire les distances parcourues et les émissions de CO2 », explique Guillaume Yassef, senior manager des opérations Supply Chain France de CHEP. Thiers se situe en effet au barycentre de la zone de chalandise du centre de service, constituée de cinq départements de la région Auvergne-Rhône-Alpes : l’Allier (03), le Cantal (15), la Loire (42), la Haute-Loire (43) et le Puy-de-Dôme (63). Ce nouveau centre automatisé permet à CHEP de gagner en qualité de service et de proposer à ses clients des processus standardisés encore plus efficaces.

Une ligne de tri et de réparation automatisée

Ce site automatisé, qui bénéficie des dernières technologies, remplace un centre de traitement manuel devenu obsolète. Construit sur un terrain de 15 000 m2, le nouveau centre, installé au sein de la même zone industrielle que le précédent, accueille deux bâtiments pour les activités de tri et de réparation des palettes en bois bleues de CHEP. Le premier est un bâtiment-parapluie de 4000 m2 qui permet de stocker, sous couvert, 80 000 palettes (soit 100 % du volume). Le deuxième bâtiment s’étend sur une surface de 2000 m2. Il est équipé d’une ligne automatisée de tri et de réparation de palettes de plus de 140 mètres de long. Celle-ci intègre un module d’enfoncement de clous, un détecteur de palettes sèches et une cabine de peinture unitaire sans projection. Au total, cette chaîne de tri peut traiter jusqu’à 600 palettes 80×120 ou 100×120 par heure.

Pour Guillaume Yassef, « L’objectif est de réduire la pénibilité des tâches gérées par les opérateurs, en s’appuyant sur la technologie. Ces dispositifs visent également à prévenir les troubles musculo-squelettiques (TMS) car une palette en bois standard pèse environ 25 kilos. Par ailleurs, l’automatisation permet de répondre à la demande croissante de nos clients qui travaillent en flux tendus et pour lesquels la qualité est primordiale. »