Facteur d’orgues : un savoir-faire ancestral et un métier de passion !

Les facteurs d’orgues sont des professionnels qui travaillent dans l’ombre. Pourtant, leur savoir-faire incomparable et leur talent sont reconnus à l’international (en Europe, aux États-Unis et en Asie). Les journées de l’orgue ont eu lieu les 12 et 13 mai dans le but de promouvoir ce métier d’art passionnant.

Un savoir-faire ancestral et un métier d’art de haut niveau

La fabrication de l’orgue à tuyaux est un savoir-faire pluridisciplinaire transmis de génération en génération. Ce trésor patrimonial est à la fois un instrument de musique, un outil pédagogique et une richesse culturelle. En tout cas, la conception et la restauration d’orgues à tuyaux ont été confiées aux facteurs d’orgues membres de l’Ameublement français regroupant des professionnels aux multiples talents. Grâce à leur compétence artisanale et leur technique ancestrale (travail des peaux, des matières plastiques et des métaux), les manufactures d’orgues françaises occupent une place prépondérante dans le territoire et dans le monde entier. En tout cas, près de 40 % des entreprises de la profession sont labellisées Entreprise du Patrimoine vivant (EPV).

Formations pour les jeunes apprentis

Étant donné que les facteurs d’orgues jouent un rôle crucial au niveau patrimonial, certains établissements ont commencé à proposer des formations pour les jeunes qui souhaitent travailler dans cet univers. L’École nationale des facteurs d’Orgues d’Eschau (Bas-Rhin) fait partie des écoles favorisant la promotion d’un savoir-faire pluridisciplinaire. Les étudiants pourront ainsi suivre des cours théoriques et pratiques. Peut-être qu’ils deviendront des facteurs d’orgues de haut niveau après quelques années. Valérie Souvervie, responsable du groupement des professionnels des Facteurs d’Orgues souligne que ce métier est encore peu démocratisé, mais exceptionnel, et qu’il nécessite beaucoup d’expériences en histoire de l’Art, Musicologie, Mathématiques et Électronique.

Un monument historique appelé l’orgue

Un nombre considérable d’artistes s’accordent à dire que l’orgue reste le roi des instruments de musique. La musique vibrante de l’orgue apaise l’âme et l’esprit, et permet de se reconnecter à ses émotions. C’est pourquoi l’État français ainsi que des collectivités ont décidé de lancer une politique de restauration des orgues anciens depuis un quart de siècle. La Mairie de Mantes-la-Jolie a déjà confié la restauration de son instrument monumental aux manufactures d’orgues Yves Fossaert et Laurent Plet. Ce trésor national est estimé à 1,5 million d’euros et figure parmi les Monuments historiques depuis 2016. Un instrument monumental a été restauré par l’atelier Yves Fossaert à Paris dans l’Église St Ignace. La construction du troisième orgue pour la Corée est actuellement placée entre les mains de Michel Jurine, facteur d’orgues.