Le passé industriel de Lyon inventorié

    Le passé industriel de Lyon inventorié

    Les sites et sols autrefois dédiés à des activités industrielles ou artisanales constituent des réserves foncières de première importance. La connaissance et la maîtrise des risques sanitaires et environnementaux liés à leur utilisation pour des projets d’aménagement sont indispensables. Le BRGM développe un ensemble d’outils pour accompagner les pouvoirs publics et les aménageurs dans la gestion prospective de ces espaces potentiellement pollués.

    Mieux connaître les activités industrielles passées, l’exemple du Grand Lyon

    Pour une Métropole telle que le Grand-Lyon, qui réunit 59 communes sur 540 km2 et accueille près de 1 350 000 habitants, le volet foncier d’une politique d’aménagement durable du territoire urbain est prédominant. Dans un tel contexte, les sites et sols pollués – ou potentiellement pollués –, constituent des alternatives à une extension urbaine toujours plus consommatrice d’espaces ruraux. Mais pour aménager ces friches sans risque pour les populations et l’environnement, il convient d’intégrer à la réflexion les données de connaissance historique des sites, déterminantes pour guider la décision quant à l’affectation future de ceux-ci. C’est tout l’intérêt des Inventaires Historiques Urbains dont le Grand-Lyon et le BRGM ont été les précurseurs.

    Friches urbaines : connaître le passé pour planifier l’avenir

    Lancé fin 2005, l’Inventaire Historique Urbain des anciens sites industriels et artisanaux du Grand Lyon (IHU) s’inscrit dans la continuité de travaux antérieurs qui, à l’échelle du département du Rhône, avaient permis dans les années 90 d’identifier environ 600 sites, donnant le coup d’envoi de la base de données nationale Basias (basias.brgm.fr). Mais ce premier recensement, non-exhaustif et à l’échelle du 1:25 000, s’avérait trop imprécis. La réalisation de l’IHU des 59 communes du Grand Lyon à l’échelle urbaine se caractérise, en revanche, par une très grande exhaustivité des sites industriels recensés et de leur localisation à l’échelle du parcellaire cadastral (unité pertinente de décision urbanistique) pour les intégrer dans le Système d’Information Géographique Urbain (SIGU).

    Grand Lyon, la sécurisation des opérations foncières grâce aux IHU

    Près de 27 000 dossiers d’archives ont été consultés pour la réalisation de ce travail et 18 000 d’entre eux ont fait l’objet d’un dépouillement, permettant de reconstituer l’historique de plus de 10 000 sites sur le seul Grand Lyon. Ce travail a également nécessité la consultation de cadastres anciens pour reconstituer l’évolution de la trame urbaine.

    L’Inventaire Historique Urbain est aujourd’hui déterminant dans les attributions de permis de construire, permis d’aménager, certificats d’urbanisme, et dans la réflexion prospective de la Métropole, maître d’ouvrage de nombreuses infrastructures, collèges, équipements sportifs ou culturels, voies de communication…