“Les sites régionaux qui font l’histoire de France” a pour objectif l’émergence de la nouvelle identité d’Auvergne–Rhône-Alpes en tant que région à fort potentiel patrimonial. Les habitants ont été appelé à voter pour leurs sites préférés. Le vote s’est déroulé du 30 octobre au 19 novembre 2017.

« Les grands sites régionaux qui ont fait l’histoire de la France » est un programme mis en avant pour valoriser l’histoire de la France à travers les récits, les sites historiques, les histoires et les époques qui ont chacun façonné notre présent. Ce projet valorise des lieux exceptionnels qui gardent en eux des histoires et des leçons à transmettre. L’identité d’une région vient en partie de son histoire, des sites qui s’y trouvent, des péripéties qu’elle a vécues. Connaitre les monuments historiques d’une région revient donc à connaitre l’identité de cette dernière à travers son histoire.

La région, fière de son histoire

Le vote se fait en ligne à l’adresse auvergnerhonealpes.fr. Le public votera en choisissant 1 site dans chaque département. Les 50 sites proposés par la Région ne sont pas les seuls à pouvoir concourir. Les internautes pourront ainsi proposer des lieux ou des monuments susceptibles de rejoindre la liste initiale. Les sites gagnants de chaque département seront soutenus par la Région par le biais de divers aides et programmes de visites. Les lycéens et apprentis bénéficieront de financement de projets éducatifs en relation avec les sites votés. Ces sites gagneront aussi un onglet mis en ligne sur l’application pass’Région.

Les sites en lice

Le département de l’Ain (01) est représenté par 4 sites : la Maison des enfants d’Izieu, le Mémorial des enfants juifs exterminés d’Izieu ; le Fort de l’Ecluse de Léaz ; le Monastère royal de Brou ; le Château de Ferney Voltaire

Le département de l’Allier (03) est également représenté par 3 sites : le Triptyque du Maître de Moulins : la Cathédrale Notre-Dame-de-l’Annonciation de Moulins contient le célèbre triptyque de la Vierge en gloire peint au début du XVIe siècle par Jean Hey ; la Forteresse Médiévale de Bourbon-l’Archambault ; Vichy, ville de thermalisme.

Le département de l’Ardèche (07) est représenté par 4 sites : la Caverne du Pont-d’Arc , réplique très précise de la grotte Chauvet ; la ville antique, Alba-la-Romaine ; le Château de Crussol ; le Château de Vogüé

Le département du Cantal (15) est représenté par 3 sites : le Château d’Anjony à Tournemire ; le Château de Val à Lanobre ; le Viaduc de Gabarit

Le département de la Drôme (26) est représenté par 5 sites : le Palais Idéal du Facteur Cheval ; le Mémorial de la Résistance à Vassieux-en-Vercors ; le Kiosque Peynet à Valence ; le Château de Grignan ; la Tour de Crest

Le département de l’Isère (38) est représenté par 5 sites : le Domaine de Vizille ; la Tour Perret à Grenoble ; le Palais du Parlement du Dauphiné ; le Théâtre antique de Vienne ; le Monastère de la Grande Chartreuse

Le département de la Loire (42) est représenté par 3 sites : le Château de la Bâtie d’Urfé ; le Parc-Musée de la Mine ; le Site Le Corbusier à Firminy.

Le département de la Haute-Loire (43) est représenté par 3 sites : la Cathédrale Notre-Dame du Puy ; l’Abbaye de la Chaise-Dieu ; Château de Chavaniac-Lafayette

Le département du Puy-de-Dôme (63) est représenté par 3 sites. Le Plateau de Gergovie est le résultat géologique d’éruptions volcaniques. La bataille de Gergovie devient un symbole national à partir du XIXe siècle. La présence d’une forteresse gauloise du 1er siècle av. J.-C. est confirmée par des fouilles archéologiques menées depuis 1900. Le second site est le Domaine royal de Randan. Crée par le roi Louis-Philippe et Adélaïde d’Orléans, il mélange romantisme et modernité, c’est l’emblème des innovations du XIXe siècle. La collection d’animaux naturalisés de ce domaine est unique en Europe. La Basilique Notre-Dame d’Orcival est l’ancienne Église d’Orcival construite au XIIe siècle avant d’être élevée au rang de basilique. La proximité de 2 sites gallo-romains fait de cette basilique une référence au corinthien antique.

Le département du Rhône (69) est représenté par 4 sites. Le Cloître de Salles-Arbuissonnas-en Beaujolais est composé de plusieurs bâtisses. Certains ont été bâtis au Xe siècle, comme le dépendant de l’abbaye de Cluny, et d’autres date du XVe comme la salle capitulaire. La Salle capitulaire et le cloître abritent actuellement le Musée de Prieuré. La Chapelle de Brouilly à Saint-Lager fut érigée de 1854 à 1857 par les viticulteurs en l’honneur de la Vierge Marie pour protéger les vignes de la grêle, des gelées et des maladies. Elle se dresse à une altitude de 484 mètres. Un pèlerinage y a lieu tous les ans, le 8 septembre. Le site gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal est un site archéologique découvert en 1967. C’est un vaste quartier résidentiel et artisanal. Le musée fut construit en 1996. Le décor de la maison romaine, la vie domestique et l’activité économique, ainsi que les collections de mosaïques sont les principales activités du site. Le quatrième de la liste est appelé Pierres dorées en Beaujolais. Une quarantaine de communes est concernée par cette appellation. Ces communes ont exploité des carrières de pierre calcaire. C’est une pierre mise en valeur par les rayons du soleil. C’est en fait l’histoire géologique du Beaujolais à travers son musée, ses sentiers en pierres et son jardin botanique. Le Beaujolais est candidat au label UNESCO « Geopark ».

Le département de la Savoie (73) est représenté par 5 sites : les Pierres fortes de Savoie ; les Grottes de Saint-Christophe ; l’Abbaye de Hautecombe ; le Château des Ducs de Savoie et Sainte-Chapelle ; les Chemins du baroque, créés en 1992 par la FACIM (Fondation d’action culturelle internationale en montagne), les Chemins du baroque recensent près de 80 églises et chapelles baroques du XVIIe siècle.

Le département de la Haute-Savoie (74) est représenté par 3 sites : l’Abbaye Notre-Dame d’Abondance ; le Palais de l’Isle ; le Plateau des Glières, haut-lieu de la Résistance.

LA MÉTROPOLE DE LYON est représentée par les Théâtres romains de Fourvière , ces deux sites classés monuments historiques pouvaient accueillir près de 13 000 spectateurs. Ils forment aujourd’hui avec le musée gallo-romain un ensemble archéologique remarquable. Les théâtres connaissent aujourd’hui une seconde vie en accueillant le festival des Nuits de Fourvière ; la Cathédrale Saint-Jean de Lyon avec son horloge astronomique du XIVe siècle ; la basilique Notre-Dame de Fourvière et l’Hôtel-Dieu de Lyon, classé Monument Historique en totalité en 2011, il est l’un des édifices les plus emblématiques de Lyon tant pour son intérêt historique qu’architectural et urbain.