Le mouvement citoyen Ensemble Pour une Vaccination Libre EPVL nous invite à lire ce qui suit avant le vote du PLFSS et l’article 34 sur l’extension de l’obligation vaccinale. et ce, dans l’intérêt de la Santé Publique, c’est à dire la bonne santé de tous les Français, à court moyen ou long terme. Ce mouvement a démarré de la volonté de 2 collaborateurs habitués à traiter quotidiennement et bénévolement les questions de centaines de citoyens sur les réseaux sociaux. Depuis des années, ils s’investissent pour renseigner les Français sur leurs droits en matière vaccinale et écouter leur colère face à la désinformation et au bafouement de leur liberté.

Dans le cadre de l’article 34 consacré à l’obligation vaccinale, et débattu actuellement à l’Assemblée Nationale, trois points cruciaux sont à éclaircir, Le collectif d’associations diverses élève la voix et fait appel à la presse, aux députés et sénateurs.

1 – Il est dit qu’aucune poursuite ne sera faite à l’encontre des familles qui refusent ces 11 vaccins. Mais en lisant bien les textes du projet, l’article 3116-4 prévoit une peine de 6 mois d’emprisonnement et une amende de 3750 euros. Une autre loi du Code Pénal stipule 2 ans de prison et 30000 euros d’amende en cas de refus. Il ne faut pas aussi oublier que l’éviction scolaire est une sanction non moins lourde qui attend les enfants qui ne sont pas vaccinés.

2 – L’augmentation de la couverture vaccinale de la rougeole est l’objectif fixé par la Ministre, cette augmentation est fixée 95% pour 2 doses. Mais le grand public est-il au courant que :
La couverture vaccinale n’a jamais été en baisse, au contraire, elle est en hausse constante d’après IVNS.
Même pour une population vaccinée à 99%, le virus continuera de circuler, selon des experts en immunologie. Une couverture à 95% ne pourra donc éradiquer la maladie. Certaines seront toujours en danger. Du coup, les allégations de la Ministre sur l’obligation de vaccination sont erronées. La vaccination n’est pas une priorité, parce que les principales causes de mortalités n’ont aucun rapport avec les vaccinations pour éradiquer la rougeole, l’obligation de vaccination ne fera que susciter des révoltes auprès des populations.

3 – Les relations médecins-patients se porteront mieux avec la suppression de ces obligations. Le médecin de prescrira sans mettre en péril la vie des patients contrairement aux allégations de la Ministre et des industriels. Vu que 1 à 10% seulement des accidents post vaccinaux sont signalés, il faut simplifier les procédures de signalement et sanctionner tout médecin refusant de signaler ces cas. Il faudrait aussi éloigner des instances décisionnelles toute personne en relation avec les industries pharmaceutique. La priorité devrait être l’amélioration de la santé de la population en générale. Les principales causes de mortalité en France démentent l’obligation vaccinale comme priorité.

Pour plus d’informations, veuillez cliquer ici.