Cela fait 20 ans que le Festival des Solidarités existe. Cette année, il revient avec un petit coup de neuf : un nouveau nom, une nouvelle façon de faire. Le Festival est un peu plus festif et a l’ambition vraiment que la solidarité peut se faire dans différentes mesures et de différentes façons. De ce fait, cette fois-ci, le Festival se décline sur 2 semaines et 3 week-ends avec, comme chaque année, des milliers de participants, d’associations, écoles, collectivités, structures sociaux-culturelles et citoyens. Cela fait 5800 organisateurs et 2300 structures qui s’impliqueront dans 400 communes, du 17 novembre au 3 décembre 2017.

Mais pourquoi ce Festival ?

Comme chaque année en novembre, le Festival des Solidarités va porter haut et fort la défense des droits humains et la lutte contre les inégalités en France et dans le monde. Au fil d’événements conviviaux et engagés, ce grand temps de mobilisation pour réfléchir et agir ensemble au profit d’un monde juste, solidaire et durable fait écho à des réalités planétaires. Des migrations au changement climatique en passant par le délit de solidarité, le Festival des Solidarités s’apprête à décliner le monde en plus de 4000 nuances d’actualité.

« Depuis 20 ans, le Festival des Solidarités a pour objectifs d’informer sur les enjeux de la solidarité et de la coopération, du local à l’international, et de proposer des pistes d’actions concrètes aux citoyens. A travers des expos, des jeux, du théâtre, des concerts, des conférences, le Festisol valorise la diversité des acteurs, la richesse des thèmes abordés et la pluralité des formes au service des dynamiques collectives. L’ambition est que les solidarités ne résonnent pas en vase clos, qu’elles portent des messages d’ouverture et invitent à élargir ses horizons. » Jean-Marc Delaunay, coordinateur du Festival des Solidarités

Quels seront les événements dans notre région ?

Pour apporter des réponses aux enjeux globaux que sont l’environnement, les migrations, l’alimentation, le commerce, les droits civils et politiques… , il y aura du théâtre, des forums, des spectacles… Le 18 novembre 2017, aura lieu une soupe solidaire à Issoire, organisée par le Collectif Pays d’Issoire : préparation d’une soupe sur le marché, distribuée gratuitement à tous les passants et les commerçants. Le 30 novembre 2017, aura lieu également à Issoire une Conférence débat sur la question “être citoyen”: ce sera l’occasion de faire le bilan des micro‐trottoirs réalisés sur la citoyenneté.

Le 25 novembre 2017, à Clermont-Ferrand, Les Solidômes organisent une Journée itinérante sur les chemins de la pensée “pas toute faite” : avec des animations de rue ; parcourez les rues de Clermont-Ferrand sur les chemins de la pensée « pas toute faite » !

Départ au Pôle 22Bis autour d’un plateau Radio ouvert animé par Radio Campus et suivi d’un apéro solidaire. Cheminement en centre‐ville entre concerts, bibliothèques de rue, contes, découvertes gustatives dans la rue et dans des espaces couverts : Café‐lecture Les Augustes, Epicentre Factory, LieU’Topie, B.O Collectif. Arrivée à la Maison des sciences de l’Homme pour une conférence‐débat « Relire et redire le monde » sur les thèmes des façons de penser, le dialogue interculturel, l’altérité. Soirée festive repas‐concert à LieU’Topie. Les intervenants pressentis sont pour la journée : Boaventura de Sousa Santos, Séverine Kodjo‐Grandvaux, Felwine Sarr, Isabelle Grémillet et Mohammed Taleb.

Enfin, les 24 et 26 novembre 2017, à 18 heures, au centre Jean Bosco, 14 rue Roger Radisson, à Lyon, à l’invitation de LVN – personnalistes et citoyens et de Coexister, Rachid Benzine liera quelques textes sur « Le féminin dans les écritures ». Rachid Benzine, islamologue, Yeshaya Dalsace, rabbin à Paris et Nicole Fabre, bibliste protestante à Lyon partageront les textes fondateurs des religions sur les femmes.