La future maison de répit soutenue par la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France ouvrira ses portes en 2018. La 1ère pierre de cet établissement intergénérationnel sera posée le 6 octobre à 10h30, 43, avenue du 11 novembre 1918 à Tassin la Demi-Lune. Sera présente Madame Sophie Cluzel, secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées.

La Maison de répit à Tassin la Demi-Lune

La Maison de répit de Lyon a pour but d’offrir un temps de pause salutaire dans les parcours de santé souvent longs des enfants et jeunes adultes souffrant d’une pathologie chronique grave. L’occasion pour la famille de faire le point sur son projet de vie, en vue d’un retour apaisé au domicile. Ce lieu au cœur d’un parc boisé d’un hectare à Tassin la Demi-Lune, met à disposition 30 studios familiaux offrant une chambre, une salle de bain, un coin cuisine et un espace de vie. Des salles communes de restauration, repos, lecture et loisirs favoriseront les échanges entre résidents et proches. Il s’agit d’un endroit adapté qui permet un accueil temporaire (30 jours/an/famille) pour les malades et leurs aidants.

Le répit, un enjeu de société

Environ 2,2 millions de personnes malades de 20 à 59 ans vivent à domicile grâce à l’aide de leurs proches. Plus de 8,3 millions “d’aidants familiaux” sont ainsi sollicités quotidiennement, parfois jusqu’à l’épuisement.

Le répit permet un accompagnement global et durable des personnes malades et de leurs aidants. Il peut s’illustrer par la prise en charge ponctuel ou intégral de la personne malade ou par le suivi de la famille sur le long terme. Cette pause hors de l’hôpital favorise un travail sur le “projet de vie” de la famille, qui mobilise médecin, soignants, psychologues, assistants sociaux, professionnels et bénévoles. « La médecine d’aujourd’hui crée de plus en plus de chronicité. Entre les temps d’hospitalisation, la place du domicile prend une importance croissante, avec pour conséquence une sur-sollicitation des proches « aidants » pour lesquels les Maisons de répit sont un recours essentiel. » Danuta Pieter, Déléguée Générale de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France.

Coût global du projet : 4 800 000 €
Subvention accordée en 2013 : 300 000€
Subvention accordée en 2016 : 200 000€
Soit une subvention totale de 500.000 €

Plus d’informations sur la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France