Un grand spécialiste des produits frais s’est fixé comme objectif, d’ici 2020, de ne plus commercialiser des œufs de poule en cage. Grand frais a pris cette décision suite à un dialogue avec L214, et aussi aux engagements d’autres grands de la distribution comme le groupe Casino. D’autres entreprises du secteur agroalimentaire ont uni leurs voix dans cet engagement, à savoir Accor, Best Western, etc. La porte-parole de L214, Brigitte Gothière salue l’engagement pris par ces entreprises agroalimentaires de sanctionner l’élevage en cage.

Le scandale de l’élevage de poules en cage

Les enquêtes menées par L214 montrent les conditions de vie des poules élevées en cage. L’association a mis à jour, à travers des images, au mois de mai, les conditions désastreuses d’un élevage en Vendée. Ces images ont fini par convaincre le Groupe Panzani d’enlever de leur approvisionnement les œufs de batterie.

L’année 2016 est aussi le témoin de l’état critique dans lequel vivent 200.000 poules destinées à approvisionner la marque Matines. La pression publique aidant, Matines a retiré des supermarchés 2 millions d’œufs.

L’association L214

C’est une association qui se focalise sur les animaux destinés à l’alimentation (viande, lait, œufs, poisson). Les principaux axes sur lesquels l’association travaille se divisent en trois :
– Le compte-rendu des pratiques courantes et contribuer à leur évolution par des campagnes d’information. Elle agit face aux illégalités et travaille pour faire évoluer la réglementation ;
– L’association informe les consommateurs sur l’impact des chaines de production sur la planète et sur les animaux, tout en proposant des solutions comme la diminution de la consommation des ces produits, ou l’abandon des élevages de masse, et enfin la sensibilisation des consommateurs à l’adoption de l’alimentation végétale ;
– Elle soulève le débat public sur la place des animaux tout en soulevant la question du spécisme.

Plus d’infos, ici.