Telle a été la philosophie de cette nouvelle édition 2017 du Festival d’Aurillac baptisée “édition 69” pour la circonstance. C’est ainsi que du 23 au 26 août, et pendant les préalables, ce sont 17 compagnies officielles et plus de 540 compagnies de passage qui sont venues se produire à Aurillac.

Une édition placée sous le signe de la mode, du costume, de l’habillement ou du déshabillement…

Ainsi, au Gymnase du Lycée Saint-Géraud de 9h à 16h, le 25 août, autour du concept “Les Gens de Couleur“ de la Compagnie ilotopie, les festivaliers ont pu choisir de changer de couleur et devenir un/une/acteur/actrice libre dans la ville…

“Débattre et se débattre pour plus d’égalité, pour l’accès à la connaissance, pour trouver la façon la plus efficace d’éradiquer les misères sociales et d’éviter les violences de castes, pour stopper les combats nourris d’incompréhensions entre liberté et sécurité”, précise Jean-Marie Songy, Directeur du Festival. Maintenir l’équilibre culturel sur ce fil tendu par le contexte actuel, avec comme arme de pure résistance le corps réduit parfois à sa plus simple expression…

Zoom sur la CABA

La construction de la Communauté d’Agglomération du Bassin d’Aurillac (CABA) du Parapluie, Centre National des Arts de la Rue a largement aidé depuis 14 ans à faire de ce festival, un événement unique où saltimbanques, compagnies et spectateurs sillonnent ensembles les rues d’Aurillac. Beaucoup de spectacles proviennent de la compagnie le “Parapluie” dont Oh ! Secours, théâtre inspiré du dialogue poétique “Beckett et Godot”, du dramaturge chilien Juan Radrigan.