Le Musée de l’illustration jeunesse de Moulins consacre une exposition temporaire à l’artiste Carll Cneut “Carll Cneut, exubérances et beauté” depuis le 8 juillet 2017 jusqu’au 7 janvier 2018.

Né en 1969 à Roulers et ayant grandi à Wervicq à la frontière belgo-française, ce jeune gantois d’adoption dessine depuis son plus jeune âge et étonne autant qu’il captive. Il y a dans son art quelque chose de classique, mâtiné d’héritages (Jérôme Bosch, James Ensor…), d’influences consenties (Gustave Van de Woestijne, Adrian Ghenie, Edgard Tytgat, Michael Borremans…), et étonnamment troublé par les chatoiements, l’exubérance, une douce nostalgie, quelque chose qui confine à la mélancolie et nous retient par le cœur. Cet enfant de Flandre, déjà mis à l’honneur lors d’une rétrospective conséquente à l’abbaye Saint-Pierre de Gand, s’installe à Moulins, le temps d’une exposition.

Ses illustrations sont un étourdissement, avec ses patines, ses acryliques lumineuses, ses effets craquelés, sa façon de gratter la couleur pour lui donner une histoire, une densité. Ses personnages passe-murailles aux tenues bigarrées, certains motifs récurrents, ses animaux anthropomorphisés, aux costumes consciencieusement ouvragés, illustrent la singularité de cet artiste aux indéniables talents de costumier. Fonds patinés, matière, couleurs, cadrages hors pages, exubérances et beauté sont au rendez-vous de cette exposition, et le propos de l’artiste est un défi : évoquer la difficulté de grandir, la différence, la solitude, les joies…

Carll Cneut travaille essentiellement au crayon et à l’acrylique, avec de l’huile d’olive parfois, et avec beaucoup de matière. Un travail par couches successives et de plus en plus claires, probablement inspiré de la technique de la peinture à l’huile, qui existait déjà en Flandre au XVème siècle. À la grande surprise des visiteurs dans cette exposition consacrée à un illustrateur jeunesse, ses images sont, pour la plupart, incroyablement encadrées : styles maniéristes, avec de grandes moulures dorées, cadres modernes avec de minces bords noirs, cadres complices, qui semblent participer à la composition du tableau et qui sanctuarisent l’œuvre, cadres dispositifs qui assignent l’œuvre. Tout se joue ici entre l’œuvre et celui qui la regarde !

Dernière visite commentée à 14h30, le 23 août 2017
> Plein tarif 8€ • Tarif réduit 4€ • Gratuit pour les moins de 16 ans • Sur réservation au 04.70.35.72.58

Plus d’infos : http://www.mij.allier.fr/