Macron : En Marche, des députés au pas

Une vague, une déferlante, un raz-de-marée, que de métaphores pour qualifier cette victoire du tout jeune mouvement lancé par Emmanuel Macron. La démocratie  sortira t-elle indemne de ce tsunami ou bien risque t-elle de prendre l’eau ? 

« Il faut du renouveau ! Ras-le-bol des vieux politicards qui cumulent les mandats ! La France a besoin de parlementaires à l’image des Français ».

Voici un florilège d’expressions que vous avez sans doute entendu au cours de la campagne présidentielle puis des élections législatives.

Petite question, en quoi une absence d’expérience politique est-elle un atout pour élaborer une loi, travailler sur des amendements, bref intervenir directement sur la vie de la cité, sur notre vie ?

Prenons l’exemple d’une candidature dans un quotidien régional et analysons cette  lettre de motivation : « Monsieur le directeur de la rédaction, actuellement comptable dans une compagnie d’assurance, je souhaite rejoindre votre rédaction. Je n’ai aucune expérience dans le journalisme, je ne sais pas écrire une brève ni d’ailleurs un papier, je ne maîtrise pas les techniques de l’interview et je ne dispose pas de carnet d’adresse. Sachez par ailleurs que je ne me suis jamais rendu dans la région dont vous couvrez l’information.En espérant que mon inexpérience retienne votre attention, je vous prie d’agréer l’expression de mes respectueuses salutations. »

Oui, cette lettre vous a fait sourire mais en l’occurrence le candidat bénéficie de qualités majeurs ! Voilà un journaliste qui n’est pas formaté, il n’a jamais vécu de conflit d’intérêts entre la régie pub d’un journal et le travail rédactionnel et il saura parler de la région avec un regard neuf.

Foutaise ! Notre candidat sans expérience sera tout simplement incapable d’exercer le métier de journaliste, car oui, il s’agit là bien d’un métier, tout comme le métier de député même si les parlementaires préfèrent parler de fonction.

Question à présent, quelle sera la conséquence de l’inexpérience des députés nouvellement élus ?

Tous ces plus ou moins jeunes gens qui reconnaissons le, n’ont pas brillé lors des débats organisés à l’occasion de la campagne des législatives. Leur fraîcheur a bien souvent laissé place a un sentiment d’amateurisme quand celui ci ne virait pas tout simplement au ridicule.

Dans une entreprise, rares sont les employés en formation qui contestent les projets de leur patron, il en sera de même à l’Assemblée nationale, nos nouveaux députés inexpérimentés auront le doigt sur la couture du pantalon et valideront l’ensemble des projets de loi décidés par l’exécutif. Des députés en Marche, qui seront en réalité des députés au pas. Les seuls susceptibles de se distinguer devront faire des pas de côté, mais là encore cela sera par opportunisme et non par volonté de faire avancer notre démocratie.

En Marche aura sans doute aussi ces quelques parlementaires frondeurs, ces députés qui suite à la vague des législatives parviendront à sortir la tête de l’eau. Ceux là même qui très vite rêveront à leur tour de créer une vague, un raz-de-marée, un tsunami.