07 mai 2017, le ni ni des neuneus

Le 21 avril 2002 la France était sous le choc, 15 ans plus tard, la France est en passe de tomber sous le charme du nini. Un nini qui pourrait bien créer un oui oui. 

Ras le bol des journalistes qui nous donnent des leçons à longueur de journée. Nous les bien-pensants éloignés de votre réalité.

Oui, il est facile depuis notre deuxième arrondissement lyonnais ou l’hyper-centre clermontois de s’insurger contre des idées de bon sens. Il y a un monde entre le Front National de Jean-Marie Le Pen et celui de Marine.

La candidate de l’extrême droite aujourd’hui n’a plus de nom de famille

La différence se trouve justement dans la phrase précédente. Vous n’avez pas noté ? « Jean-Marie Le Pen et Marine ».

La candidate de l’extrême droite aujourd’hui n’a plus de nom de famille. Basta Le Pen. Juste Marine, Marine la copine. Marine la voisine.

Une anecdote me direz-vous, je vous concèderait une anecdote à la Jacques Attali.

Il s’agit bien là de l’illustration de la banalisation de l’extrême droite française.

La peur du futur ne doit pas nous empêcher de regarder le passé.

Aujourd’hui, ne donnons pas de leçon de morale aux électeurs du Front National, mais plutôt des leçons d’histoire.

Je ne vous ferai pas la liste des dictateurs qui ont été élu par le peuple. Se sont-ils présentés comme tel, bien entendu que non.

Le fascisme avance masqué, il ne se dévoile qu’une fois arrivé au pouvoir, difficile ensuite de s’en débarrasser sans passer par le sang et les larmes.

Que s’est-il passé en 15 ans pour que la stupeur provoquée par la présence du leader de l’extrême droite française au second  tour d’une présidentielle se mue en une indifférence coupable.

Absence de surprise signifie-t-elle absence de danger ?

De la mobilisation dépendra l’issue de ce vote. Vous ne voulez pas d’un Emmanuel Macron élu avec 83 % des voix donc vous n’allez pas vous déplacer, d’autres le feront à votre place, Emmanuel Macron n’aura qu’à bien se tenir avec ses 60 % ! Le vote contestataire pèsera son poids dans la balance. Ne pas donner notre voix est le seul moyen de la faire entendre.

Erreur ! Aujourd’hui il ne s’agit pas de voter pour mais de voter contre. S’abstenir, c’est donner une demie voix à l’extrême droite.

En ne vous rendant pas aux urnes le 7 mai prochain, vous prenez la responsabilité d’élire à la tête de votre patrie une femme issue d’un parti dont chacun connaît l’histoire et l’idéologie.

Marine Le Pen, car il est important de citer votre nom, ne vous en déplaise, le masque n’est pas tombé.

La soirée d’Emmanuel le soir du 23 avril n’a pas été à la hauteur de l’enjeu. Jacques Chirac il y a 15 ans avait su faire preuve de gravité.

Emmanuel a commis une erreur de jeunesse, il s’y est cru avant d’y être.

Mais dimanche 07 mai 2017, il ne sera pas question de choisir entre Emmanuel et Marine, mais entre Macron et Le Pen.