Targ’ethnic : Les différences qui font la différence !

Les différences qui font la différence, c’est le créneau de l’agence Targ’ethnic. Cette régie publicitaire cible un public multiculturel attaché à ses racines. Street Marketing, emailing, écrans vidéos, Targ’ethnic a mis les communautés au cœur de son développement. Rencontre avec Jalil Bengana, directeur conseil de l’agence.

Pressnut News : Quelle est la spécificité de Targ’ethnic ?

Jalil Bengana : Nous sommes un croisement entre une agence et une régie publicitaire. L’agence a été créée il y a deux ans. Elle compte aujourd’hui cinq personnes. Nous avons voulu innover en nous spécialisant dans le marketing multiculturel particulièrement dans le digital.

Pressnut News : Quels sont les clients intéressés par votre savoir-faire ?

Jalil Bengana : Nous avons une notoriété dans le secteur du transfert d’argent. Nous travaillons avec des acteurs comme MoneyGram, Western Union, Orange Money. Nous avons aussi parmi nos clients Paytop, une start-up qui fait des cartes multi-devises pour les personnes issues de l’immigration qui envoient de l’argent à l’étranger. Nous travaillons également avec des banques marocaines qui ont des ressortissants qui vivent en France. Elles s’appuient sur notre expertise pour cibler cette clientèle. Le secteur de l’alimentaire occupe également une large part de notre activité notamment le halal. Le casher nous intéresse également. Enfin nous visons également le secteur des transports maritimes avec les nombreuses liaisons entre la France et la Maghreb.

Pressnut News : Est-ce que toucher une communauté particulière implique une communication particulière ?

Jalil Bengana : Pas spécialement. Par exemple, à l’heure actuelle, nous travaillons avec un client sur le ciblage des Haïtiens de France, une communauté de 100.000 personnes. Nous utilisons le relais des campagnes radio, nous faisons du street marketing. Nous sommes sur le terrain à la sortie des églises, des restaurants haïtiens, des petits commerces communautaires de proximité. Nous allons à leur rencontre pour communiquer auprès d’eux. Nous faisons la même chose avec les Thaïlandais de France. La méthode reste la même dans notre action pour toutes les communautés que nous voulons toucher.

Pressnut News : Une de vos spécialités est le e-mailing ciblé. Comment faites-vous pour collecter des données ?

Jalil Bengana : Parmi nos opérations, nous organisons des jeux concours comme le fait de pouvoir gagner un an de caddie halal. Cela nous permet d’obtenir des informations sur les personnes qui consomment halal. Cette base de données nous permet ensuite de démarcher les grands acteurs de l’alimentation halal.

Pressnut News : Cette clientèle multiculturelle a t’elle été délaissée jusqu’à présent ?

Jalil Bengana : Elle n’a jamais été valorisée alors qu’elle représente un tiers du marché. Pour les marques, s’intéresser à ces personnes issues de l’immigration, c’est gagner en notoriété.

Pressnut News : Les jeunes consomment-ils comme leurs parents ?

Jalil Bengana : Majoritairement, les achats alimentaires restent les mêmes au sein des communautés. En revanche, sur le secteur du transfert d’argent, les jeunes se sentent moins concernés et en font un peu moins que leurs ainés. Devant cette situation, notre campagne s’axe davantage sur les étrangers de France notamment ceux qui vivent dans les foyers de travailleurs migrants.

Pressnut News : En quoi consiste votre positionnement de régie publicitaire ?

Jalil Bengana : Nous avons développé notre propre média. Nous commercialisons auprès de nos clients un média d’affichage dynamique. Ce sont des écrans vidéo qui sont disposés dans des taxiphones premium, ces commerces dans lesquels on appelle à l’étranger. Nous sommes présent aussi dans les supermarchés exotiques, halal et les boutiques africaines de cosmétiques. Ces écrans sont disposés en vitrine ou en caisse, ils permettent de délivrer le message de nos annonceurs.

Pressnut News : Vous souhaitez étendre votre réseau dans d’autres agglomérations comme Lyon. Est-ce qu’il y a une spécificité communautaire pour chaque ville ?

Jalil Bengana : Tout à fait. L’idée est d’offrir aux annonceurs une clientèle plus large que l’Île-de-France. Par exemple la communauté comorienne est très présente dans la banlieue parisienne et les Bouches-du-Rhône. En s’installant à Marseille, notre campagne touchera l’intégralité de cette communauté.