L'Auvergne représentée au Salon International du Patrimoine Culturel
Vue du groupe de sculptures « Guerre et Paix » restauré sur les toits du Louvre

La 22ème édition du Salon International du Patrimoine Culturel a ouvert ses portes au Carrousel du Louvre hier et ce jusqu’au 6 novembre 2016 sous la nouvelle thématique des « chantiers remarquables du patrimoine ». Le Salon révèle une nouvelle fois la richesse historique des territoires français et étrangers, qui font intervenir de multiples savoirs-faire. De la réfection des toitures jusqu’à la réédition des sols, les techniques et matériaux sont poussés jusqu’à l’excellence, au cœur de bâtiments anciens ou plus récents. Ce Salon est l’occasion pour PressNut News de nous entretenir avec François Pouraud, président de l’entreprise Louis Geneste, implantée en Auvergne. Vous pourrez le rencontrer sur le Salon, salle Le Notre, à l’emplacement G27…

Louis Geneste restaure depuis 1866 le patrimoine bâti. Cette illustre entreprise existe depuis 150 ans et son savoir-faire se passait de génération en génération au sein de la famille Geneste jusqu’à ce que François Pouraud reprenne le flambeau depuis une douzaine d’années, parce qu’il n’y avait pas de successeur familial. François Pouraud a donc racheté l’entreprise il y a douze ans et est très fier de mentionner qu’il s’agit d’une entreprise indépendante : « c’est une entreprise familiale avec des capitaux privés », souligne le président. Ce qui constitue en soi, une rareté.

Les travaux de l’entreprise Louis Geneste mettent en avant l’excellence et la singularité du savoir-faire de restauration des lieux, qu’ils soient publics ou privés. Les chantiers terminés mêlent avec talent, respect de la tradition et volonté de repousser les limites de la technicité : ainsi, Louis Geneste s’est fait un nom dès la création de l’entreprise en réalisant les flèches de la cathédrale de Clermont-Ferrand.

«  Depuis 150 ans, nous intervenons en maçonnerie pierre de taille et désormais en charpente et couverture sur le bâti ancien avec la qualification Monument Historique. Nous sommes à peu près une centaine de personnes et nous sommes basés principalement en Auvergne avec une antenne parisienne. », poursuit François Pouraud. Parmi les 100 personnes, il y a les tailleurs de pierre-sculpteurs, des maçons traditionnels qui savent monter de la pierre, faire des enduits, mais aussi des charpentiers bois ou encore des couvreurs qui ne travaillent que sur des méthodes traditionnelles.

L’entreprise Louis Geneste fait du sur-mesure à la main

François Pouraud a un atelier de sculpture de pierre qui fabrique des statuaires de jardin, fontaines ou sculptures ornementales qu’il exporte. Cet atelier est basé à Cellule, à côté de Riom, au Nord de Clermont-Ferrand. Cinq personnes travaillent dans cet atelier de sur-mesure. « Nous essayons d’aller chercher de nouveaux territoires pour vendre notre savoir-faire artisanal français. Nous n’avons pas d’endroit spécifique, nous vendons à des propriétaires privés et à des propriétés privées aux États-Unis. », explique le chef d’entreprise.

Fidèle aux méthodes traditionnelles, l’entreprise Louis Geneste n’est pas mécanisée : « nous achetons du bois, nous le débitons et nous le façonnons : tout est fait à la main. De la même manière, je n’ai pas de machines numériques pour usiner les pierres : nous faisons tout à la main, nous dessinons, nous produisons et nous achetons la matière. De même pour les couvertures : nous faisons du zinc, du plomb et tout cela est fait sur-mesure. Nous sommes des transformateurs de matière mais pas par des machines mais par des mains. Il n’y a pas de lien entre le dessin et la machine. C’est un vrai savoir-faire, on y tient et la beauté de l’œuvre tient parce qu’il y a un geste qui a accompli l’ouvrage sinon on se positionne au niveau de la mécanique et on perd tout savoir-faire. » Chaque œuvre est donc unique.

Pour conclure, François Pouraud regrette « le déficit d’accompagnement de l’artisanat par la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Celle-ci est représentée faiblement en terme d’entreprises. La région n’est pas très active par rapport à l’accompagnement des entreprises à la différence de la région Centre qui, elle, est hyper dynamique… »