Après le suicide de ses salariés, Orange souhaite-t-il celui de ses abonnés ?

Les violents orages survenus le 28 mai 2016 en Auvergne ont affecté de nombreux abonnés d’Orange. Certains d’entre eux, plus d’un mois après, sont toujours privés de téléphone, d’Internet et de télévision. Situation kafkaïenne.

28 mai 2016, le ciel s’assombrit au dessus de la Limagne et du Parc National Régional du Livradois-Forez, en Auvergne. A 19h15 précises, la foudre s’abat sur la maison des époux Michalon*. Les dégâts sont importants et le couple reste sans électricité durant plus de 12 heures. Si le courant est depuis rétabli, leur ligne téléphonique est restée, elle, désespérément muette. « Depuis maintenant plus d’un mois que ça dure, Orange nous prélève toujours nos factures alors que le service client, si nous pouvons appeler cela comme ça, nous a annoncé qu’ils avaient engagé un remboursement », se désespère le couple.

Retour sur le début des événements. Une première annonce d’Orange leur fait savoir que leur ligne sera rétablie dans un délai de 24h. Mais les choses se compliquent car, au bout de 24 heures, toujours rien. Il faut appeler le service client pour avoir une explication. « Au service client, personne n’était au courant de mon problème, annonce François Michalon*. Il a fallu attendre une semaine avant que l’on m’annonce que ma ligne téléphonique, un câble enterré, avait été foudroyée et que le délai de rétablissement serait de 3 semaines. J’attends toujours. »

Il n’y a plus d’abonné à la direction d’Orange

Michel Sauvade*, privé lui aussi de téléphone, raconte : « se retrouver sans Internet et sans télévision en pleine période de l’Euro 2016, c’est un peu abuser. Orange a bien proposé de me prêter ce qu’ils appellent une Airbox 4G, un petit boitier qui permet d’avoir Internet en 3G, mais il faut recharger la carte SIM très fréquemment et là, la procédure est longue : pour échanger une Airbox, il faut se rendre dans une boutique Orange. Mais attention, pour bénéficier d’un échange, il faut un numéro délivré par le service client. Or, au service client, personne que nous avons eu au téléphone n’était au courant de cette procédure. »

Depuis, la société Orange semble s’être défaussée sur son sous-traitant lyonnais, la SCOPELEC, chargé du rétablissement des lignes. Un chemin de croix de plus pour les abonnés privés de téléphone, car si ce sous-traitant promet de tenir les personnes concernées au courant de leur dossier, aucune information ne leur est pour l’instant parvenue. PressNut.com a tenté de joindre Orange pour avoir une explication. La société est aux abonnés absent. Tous les numéros de la délégation régionale Auvergne Rhône Alpes indiqués sur le site d’Orange sont non attribués, ou erronés.

*A la demande des personnes concernées, les noms ont été changés