L’histoire de la télévision régionale n’est pas un long fleuve tranquille et se raconte un peu comme une saga qui correspond aux aléas économiques et politiques avec des personnes influentes ou animées par le désir de voir leurs programmes diffusés sur petit écran.

Compte tenu du nombre plus important de chaînes de télévision lyonnaises comparativement à celles que couvrent l’Auvergne, une question se pose : comment monter une chaîne de télévision ? Les ingrédients principaux sont mis à part un plan business béton, une persévérance croissante. Vous l’avez compris trouver sa cible, choisir entre la télé numérique TNT nationale, la télé numérique TNT locale, la télé numérique TNT régional, celle sur câble ou celle sur satellite ou bien celle sur ADSL, internet ou téléphonie sont des prérogatives pour mener à bien son projet. Car une fois la technologie utilisée, les interlocuteurs ne sont pas les mêmes. Certains professionnels vous diront qu’il faut un capital social de 200 000 euros au départ, d’autres peut-être ceux qui ont le plus d’expérience dans le milieu, vous convaincront que pour une chaîne de télévision locale modeste, le budget d’investissement est entre 1 et 2 M€. Cela permet de couvrir l’achat des équipements. Au dessous, il est nécessaire de faire des concessions importantes !

Les coûts importants liés à la réalisation d’une chaîne de télévision et son peu d’audience peuvent expliquer la disparition de certaines chaînes régionales emblématiques aussi bien en Auvergne qu’en Rhône-Alpes. En Auvergne, nous pouvons citer : « Clermont 1ère », lancée le 8 octobre 2000 qui face aux nouveaux traitements de l’information opère une refonte en décembre 2012 grâce à une chaîne dédiée, principalement, à l’actualité : IC1. Ainsi, la Société clermontoise de télévision (SCT), éditrice de la chaîne Clermont 1ère occupe les petits studios, situés dans les locaux du journal La Montagne (devenu principal actionnaire), rue Clos-Four à Clermont-Ferrand. Malheureusement, IC1 essuyant des déboires financiers considérables ne résiste pas et cesse d’émettre dans le Puy-de-Dôme et l’Allier le 1er juin 2015.

la télé qui vous play

Autre flop, cette fois-ci en Rhône-Alpes : avant que TLM (Télé Lyon Métropole) ne soit la télé qui vous play, n’en déplaise, elle est surtout, à ses tous débuts, la télé magouille… La plus ancienne télévision locale de France créée par l’industriel Roger Caille, dès le 25 novembre 1988 démarre au quart de tour avec l’émission « Repérages » dans laquelle le premier invité se trouve être un élu Charles Hernu, maire de Villeurbanne. Ce reportage sera détourné par un collaborateur de la chaîne, Pierre Carles, à des fins politiques en pleine période électorale. Ce scandale entraînera l’exclusion de ce dernier ainsi que celle du président de TLM, son Directeur Général et son Directeur Antenne.

Outre cette anecdote qui correspond aux écueils à éviter pour créer une chaîne télévisée, Lyon regorge de créativité dans le domaine audiovisuel. Elle compte au moins 6 chaînes locales : TLM, Cap Canal, Lyon TV, M6 Lyon, OL TV et France 3 Auvergne Rhône-Alpes… et quelques Web TV. L’Auvergne, quant à elle, ne dispose seulement que d’un seul média consistant : France 3 Auvergne et quelques ovnis sur le web comme CouleurCantal.tv, Watch U (la webtv de l’Université d’Auvergne) et Auvergnelife.tv, sans activité depuis plus d’un an. Nouveauté intéressante, enfin, la nouvelle grande Région a mis en place une web TV, Rendez-vous.tv, sur laquelle est diffusée un magazine « AgoRa », co-réalisé par 4 chaînes locales.