Thiers prend les rênes de la coutellerie mondiale

C’était un pari osé. Il est réussi. Les Rencontres Mondiales de la Coutellerie, baptisées « Thiers Meetings », ont généré d’excellents échanges entre la dizaine de pays représentés, tant sur le plan économique que culturel. La prochaine édition est d’ores et déjà prévu du 17 au 20 mai 2018. Explications

C’est à nouveau Thiers (Puy-de-Dôme) qui accueillera les 2èmes rencontres mondiales des capitales de la coutellerie, en 2018. En effet, la dizaine de villes ou de bassins couteliers réunis cette fin de semaine autour d’un temps d’échanges sur les pratiques professionnelles des métiers de la coutellerie a donné lieu à un satisfecit unanime. Tout comme la convention d’affaires internationale concernant la sous-traitance des métiers de la coutellerie, qui a généré 651 rendez vous.

Cet événement, qui n’existait nulle part à cette échelle, va donc s’installer comme une référence et permettre progressivement des flux commerciaux importants pour Thiers et les différentes capitales coutelières.

Réseau économique et culturel en devenir

Claude Nowotny, maire de la cité, se félicitait, en marge de la manifestation des retombées positives, sur le plan économique et touristique. Il a d’ailleurs signé un protocole d’engagement avec Zlatoust, en Russie, s’agissant de la formation des jeunes couteliers. Cette ville de l’Oural a en effet, marqué son intérêt pour le Centre de Formation par Apprentissage de Thiers.

Mais c’est aussi un réseau culturel qui va s’établir. Le musée de la coutellerie de Thiers envisage l’aménagement de vitrines d’exposition de pièces pour la République Tchèque, l’Italie et l’Espagne qui vont en faire autant de leur côté. Les délégations vont à leur tour recevoir la ville de Thiers cet été pour prolonger « Thiers Meetings ».

2018 en préparation

« Thiers Meetings » est déjà sur les rails pour 2018. La seconde édition aura lieu du 17 au 20 mai. L’ambition affichée est de doubler le nombre de pays représentés à Thiers. Pour les professionnels, de signer davantage de contrats. Et pour la ville, de transformer l’essai, en s’imposant comme LA capitale mondiale de la coutellerie.