Chaâba, du bled au bidonville, le 23 mai dernier sur F3 Rhône-Alpes

Dans le dialecte sétifien, le mot « chaâba » signifie « endroit perdu, trou, nulle part, no man’s land… ». Mais le chaâba a été le lieu de vie de 1949 à 1967 d’une trentaine de familles algériennes venues en France métropolitaine au sortir de la seconde guerre mondiale pour travailler, participer à la reconstruction du pays.

Ce documentaire diffusé le 23 mai dernier après Soir 3 retrace l’histoire de ces primo-arrivants, de leur implantation dans la cité villeurbannaise pour mieux connaitre de l’intérieur l’histoire de ce bidonville.

Retrouver la mémoire de ces femmes et de ces hommes…

Pourquoi et comment sont-ils venus ? Comment ont-ils vécu cette histoire ? Comment ont-ils été accueillis ? Quelles relations entretenaient-ils avec la France métropolitaine ? Comment ont-ils vécu la guerre d’Algérie et l’indépendance ? Que reste-t-il aujourd’hui du mythe du retour et que reste-t-il du chaâba ?

Retrouver la mémoire de ces femmes et de ces hommes depuis leurs origines jusqu’à leur devenir actuel est une démarche patrimoniale, mais plus encore. Ce documentaire plaira sans doute à ceux qui ont apprécié la lecture du livre autobiographique d’Azouz Begag, « Le Gone du Chaâba », édité par Éditions du Seuil, en 1986. Et pour ceux qui n’ont pas lu le livre, précipitez vous sur ce documentaire en replay, puis dans votre librairie favorite !

Crédit photo : Le Gone du Chaâba / Capture d’écran du film réalisé par Christophe Ruggia en 1997, adapté du livre d’Azouz Begag

La bande annonce