Louis-Ferdinand Céline, le film : l’avis du biographe François Gibault

Louis-Ferdinand Céline, sous-titré « Deux clowns pour une catastrophe » est un drame français réalisé par Emmanuel Bourdieu, sorti en mars 2016. Comme souvent, lorsqu’il s’agit de cet écrivain, les réactions sont à la fois passionnées et conflictuelles. Nous avons pu recueillir l’avis de François Gibault, biographe et exécuteur testamentaire de Céline.

Marie de Luze : François Gibault, merci d’accorder cette interview à PressNut.com. Quel regard portez-vous sur le film ?

François Gibault : pour résumer, je pense que dans ce film Céline n’est pas Céline et que Lucette est encore moins Lucette. Le plus réussi des trois c’est l’américain Milton Hindus, assez bien, assez juste. Céline est vociférant sans arrêt, il éclate de rire, il n’arrête pas de gesticuler, ce n’est pas du tout comme ça qu’était le personnage.

Marie de Luze : oui, pourtant, nous avons des images d’archives de Louis-Ferdinand Céline qui donnent une toute autre vision.

François Gibault : en effet. Il n’y a qu’à voir les prises de vues à Meudon des dernières années de l’écrivain. Il parle lentement. Dans le film, ce n’est pas le rire de Céline non plus. Le rire de Céline, c’était un rire entre les dents, un espèce de rire méchant, un rire à la Voltaire si vous voulez. Mais jamais Céline n’était en train de pousser des hurlements ou de gesticuler. On en a fait un espèce de fou vociférant alors que Céline était bien plus fin et bien plus fort.

Marie de Luze : que pensez-vous du jeu de Denis Lavant qui interprète Louis-Ferdinand Céline ?

François Gibault : je regrette car c’est un acteur excellent. Je le connais. Il ressemble à Céline en plus. Mais il a été mal dirigé. Ça, c’est évident. C’est une caricature de Céline.

« Je n’ai pas voulu montrer le film à la veuve de Céline »

Marie de Luze : qu’en est-il du personnage de la femme de Céline, Lucette Destouches ?

François Gibault : oh, et bien, dans le film, elle ressemble à Simone de Beauvoir. Elle n’a jamais été coiffée en noir comme ça avec un turban. Elle est habillée comme une ex-bonne-soeur. C’est un personnage froid. Pas du tout Lucette telle que nous avons pu la voir sur les photos prises à Korsør lors de l’exil au Danemark. Elle était habillée très librement avec des robes souples et elle ne se coiffait pas, là-bas, elle est toujours restée ébouriffée. Et si elle se coiffait, c’était pour mettre un chignon, pas un turban. Le personnage de Lucette est à contre-emploi.

Marie de Luze : en dehors de ces incohérences au niveau de certains personnages, que pensez-vous plus globalement du film ?

François Gibault : le film n’est pas mauvais. Les dialogues sont fort intéressants et les prises de vues très belles. Le décor est juste. Mais les deux personnages principaux sont ratés.

Marie de Luze : historiquement, la confrontation entre Céline et Milton Hindus est-elle exacte ?

François Gibault : c’est vrai que Hindus a aidé Céline qui lui avait demandé de venir lui rendre visite au Danemark. Au début, il avait une espèce d’enthousiasme pour ce jeune professeur. Mais Hindus n’avait pas vécu la guerre. C’est un choc entre deux personnalités, l’une qui a énormément vécu, connu beaucoup de choses et un jeune américain qui était en dehors de la guerre et qui arrive avec toutes ses illusions. De ce point de vue, le film est assez vrai. Je pense que c’est comme ça que ça s’est passé.

Marie de Luze : avez-vous montré le film à Lucette Destouches ?

François Gibault : non, non, je n’ai pas voulu bien sûr. J’ai un DVD chez moi, mais je n’ai pas voulu lui montrer. Ça la rendrait hors d’elle.

Marie de Luze : quelles nouvelles pouvez-vous nous donner de Lucette Destouches ?

François Gibault : elle est dans une forme assez bonne pour son âge. Elle a toute sa mémoire, toute son intelligence. Elle a gardé le sens de l’humour et à près de 104 ans, c’est exceptionnel !

A propos de François Gibault

François Gibault est l’auteur d’une biographie en trois volumes de Louis-Ferdinand Céline parue aux éditions Mercure de France. Sans doute la biographie la plus complète sur cet écrivain. François Gibault est également l’exécuteur testamentaire de Louis-Ferdinand Céline et l’avocat de sa femme, Lucette Destouches.

Où voir « Louis-Ferdinand Céline » (deux clowns pour une catastrophe) dans notre région ?

En région Auvergne Rhône-Alpes, le film est assez mal distribué. Il peut être visionné à Lyon au cinéma Opéra dans le 1er arrondissement. A Clermont-Ferrand, la prochaine séance est prévue le 11 avril au cinéma Le Rio, 178, rue Sous-les-Vignes.

La bande annonce du film :

Louis-Ferdinand Céline dans la vraie vie :